Décalage

Publié le par plumecitoyenne

J’étais au cœur du pouvoir et de l’argent. La loi y est partout et nulle part, fardée comme ces hôtesses trop souriantes que l’on croise.


Mon pauvre sourire aux lèvres, je suis là, plantée à regarder une petite trace de boue séchée sur mes chaussures.

 

La misère est crasse, elle transpire. Je me rogne les ailes comme d’autres les ongles.

Publié dans Textes-poémes

Commenter cet article

LADY MARIANNE 21/01/2012 11:21

bravo pour tes beelles pensées !!
je viens de chez Violette " la dame mauve " te souhaiter la bienvenue !!
bonne continuation avec ta belle plume !!
mes amitiés !:!:

plumecitoyenne 21/01/2012 12:09



Merci beaucoup pour ce gentil message. Ensemble, on arrivera à faire changer les choses. Ne baissons pas les bras et continuons à dire, à lire et à faire.


Bonne année Lady Marianne