Ecrits vains - Ecrits vrais

Publié le par plumecitoyenne

La liberté d’expression est un droit fondamental et inaliénable. Néanmoins, nous pouvons tous observer une dérive inquiétante de notre société où information rime de plus en plus avec propagande. Le système aime de moins en moins les libres penseurs, attention à nous amis bloggeurs …

Hommes, femmes, nous observons tous et ressentons également au plus profond de nous qu’une force mystérieuse se joue de nous. Jamais nous n’avons autant été informé et jamais la désinformation n’a autant régné en maître. Les chants des coqs nous rendent toc toc.

 

Amis, percevez l’intégralité de la puissance des enjeux induits car l’information est un préalable à toute action humaine. Ceux qui la diffuse et la distille sont les maîtres du jeu. Cette problématique n’est pas nouvelle, Nicolas Machiavel, père spirituel de nos princes avait déjà parfaitement cerné le problème et les enjeux induits. Pour le plaisir mettons un petit passage du « Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu», un pamphlet très intéressant, de Maurice Joly …

 

« [...] À l'aide du dévouement occulte de ces feuilles publiques, je puis dire que je dirige à mon gré l'opinion dans toutes les questions de politique intérieure ou extérieure. J'excite ou j'endors les esprits, je les rassure ou je les déconcerte, je plaide le pour et le contre, le vrai et le faux. Je fais annoncer un fait et je le fais démentir suivant les circonstances ; je sonde ainsi la pensée publique, je recueille l'impression produite, j'essaie des combinaisons, des projets, des déterminations soudaines, enfin ce que vous appelez, en France, des ballons d'essai. Je combats à mon gré mes ennemis sans jamais compromettre mon pouvoir, car, après avoir fait parler ces feuilles, je puis leur infliger, au besoin, les désaveux les plus énergiques ; je sollicite l'opinion à de certaines résolutions, je la pousse ou je la retiens, j'ai toujours le doigt sur ses pulsations, elle reflète, sans le savoir, mes impressions personnelles, et elle s'émerveille parfois d'être si constamment d'accord avec son souverain. On dit alors que j'ai la fibre populaire, qu'il y a une sympathie secrète et mystérieuse qui m'unit aux mouvements de mon peuple. »

 

Bref, l’art de la propagande est maîtrisé depuis des lustres mes chers amis … Bien malin est celui qui sait de quoi il en retourne exactement. Viscéralement, nous ressentons que les vents tournent, que la tempête gronde au loin et qu’elle se rapproche chaque jour un peu plus … Les violeurs de rêves se jouent de nous, de la morale, du respect, des hommes, des femmes, des enfants et de l‘ensemble du vivant. Nous ne sommes plus que des pantins pensants.

 

Il est temps de se lever comme un seul homme, une seule femme dans une lumière d’amour devant ces oppresseurs qui se délectent de la mort et de la haine qu’ils distillent perfidement. L’amour n’est pour eux que le versant de la haine. Leur cœur est dur comme la pierre et tranchant comme le vif du sujet ...

 

Comme disait le roi des cartes, je pense donc je suis. Commence donc par ici. Ne garde ensuite que la substantifique moëlle de Rabelais pour finir comme Candide à cultiver ton jardin.

Le mensonge n’est pas un songe qui ment … Il est la réalité qui nous est perfusée. Toc, toc petit lapin blanc, à toi de chercher. Alice merveille sort de ton sommeil et tiens toi en éveil.

 

 

Stéphanie Marthely - Plume Citoyenne

 

ECRIRE.jpg

Publié dans Médias

Commenter cet article