Et la lumière fût ... et le ridicule naquit.

Publié le par plumecitoyenne

Faire peur sur le FN aux français, en le décrivant comme dangereux (ce qu'il est bien entendu), n'a pas fonctionné et l'on voit le résultat aujourd'hui. Mais...le seul fait de la ridiculiser a l'air de porter ses fruits.

Alors, vaut-il mieux faire l'un ou l'autre? Moi je dis: les DEUX, mon ami !!!

 

A savoir que ce FN, avec à sa tête une soit-disant démocrate, républicaine et laïque, a voulu jouer la carte de la respectabilité, de l'ouverture politique et de la sur-médiatisation.

Soit. Mais, il n'est jamais venu à l'idée de nos chers (très chers même...) éditocrates cravatés et autres commentateurs surannés, perclus de certitudes sondageuses, d'analyser le fond du programme de ce parti, et ne se sont jamais préoccupés des reculs sociaux et sociétaux qu'il incluait.

Non! Le seul critère de sélection évident pour eux était "l'image"! La fameuse image que l'on a voulu apposer aux pires idéologues qui puissent exister dans ce pays.

 

Ces gens-là, cette caste de pondeur de respectabilité électorale, sortis de leur parisianisme exacerbé, ne saurait que dire face à la propension des gens à ne pas aimer, à détester, voire à abhorrer cette femme et ceux qu'elle représente.   

Vous savez comment cela se passe, quand on essaie de vendre un taux de satisfaction, on le présente en donnant le chiffre de satisfaction. Cela provoque un effet positif sur ce produit. Par exemple: on donne toujours en première page ou en titre, le chiffre de popularité de Mr Sarkosy 1er, qui tourne aux alentours de 15 à 20%. Et là, on se dit qu'il y a un truc qui cloche. Pourquoi diantre ne dit-on pas que 80 à 85% des français ne le supportent plus?!? Hein? Pourquoi? Je pense que vous comprenez où je veux en venir.

 

Dès lors, cela fait plus d'un an, que l'on nous dépeint cette image merveilleuse de Marine au pays de Candy, gambadant de le monde merveilleux du Front, entourée de ses amis aux cheveux rasés, faisant coucou aux cochons grassouillets, et sautillant sur les préjugés en bienfaitrice contre la misère absolue des messieurs, dames qui ont bobo au portefeuille. C'est beau hein?

 

Et comme par miracle, les médias embrayent. Ils jouent et surfent sur cette image idyllique en créant un produit contrefait, pour ne pas dire surfait. Ils inventent un produit commercial, qui ramène de l'audimat, et propulsant cette égérie du pétainisme nouveau, face à des interlocuteurs ébahis, sans courage ni convictions. Ce monde aseptisé, impersonnel et froid que sont devenus les médias, a fait entrer dans le temps de cerveau disponible d'une grande partie de la population les thématiques débilitantes du FN. Leur responsabilité aux médias, est de ne pas avoir su se remettre en question quant à la manière d'aborder ce phénomène qu'ils ont créé et qui nous retombe sur la gueule.

Donc, on a créé une star. Et, pour tout dire, c'est l'impression que j'aie en voyant jour après jour, heure après heure, la façon dont se déroule l'élection présidentielle, que ce spectacle qui nous est offert n'a rien de constructif, mais joue finalement sur les sentiments, le subjectif, le sensuel et l'animal.

 

Cette "star" est ainsi devenu l'offre principale pour vendre l'élection...la même chose se passe avec Hollande, où d'un seul coup, après la (dé)bandade de DSK, les médias avaient besoin d'un opposant à Sarkosy, dans le but de créer un "match". Ceci est plus vendeur, comprenez-vous? D'ailleurs, observez les affrontements de petites phrases, de bons mots, d'insultes etc...nous sommes bien dans une arène de dé-construction de la pensée politique. Les médias ne voulant pas remettre en question leur système, parce que celui-ci rapporte considérablement.

 

Pour en revenir au début de mon propos, et comme le dit Mr Mélenchon, il faut mettre la lumière sur Mme Le Pen et ce qu'elle est réellement. Car, maintenant qu'elle se trouve sous le soleil, on peut faire en sorte de la ridiculiser avec plus de clarté et d'audibilité.

Le changement récent de perspectives médiatiques face à cet engouement perverse pour le FN est notable mais pas suffisant encore.

 

Attaquez point par point le programme, et montrer le ridicule de cette offre politique. Rester dans le concret et le pratique...

De l'invective oui, mais assainir par le rire ce monstre sans tête est encore mieux!          


JORDAN

 

Capture-Le-Pen.JPG

 

Caméras, blonde et crânes rasés ... le mélange qui détonne 

 


Publié dans Médias

Commenter cet article

rosinda59 07/03/2012 20:01

c'est vrai qu'avec tous ses discours politiques, personne ne sait plus vraiment qui il va voter. Pour ma part, je crois presqu'avec certitude que je voterai blanc car je ne veux pas que l'on
m'enlève le droit de vote, la seule chose qu'ils ne nous ont pas taxé encore mais je ne crois plus en la politique. Si vraiment un seul d'entre eux avait la décence de dire la vérité : oui nous
sommes dans la merde et je ne vois pas comment nous en sortir. Au lieu de cela : miracle, chacun à trouver une solution. Pourquoi ne pas l'avoir appliquer avant ?... On nous prend pour des pigeons.
La désinformation finalement fonctionne bien. Tout comme l'abrutissement des jeunes avec les jeux vidéos. Pendant ce temps, ils ne voient pas ce qui se passe dans la réalité : on leur a ôté leur
rêve par le pouvoir de l'image. Je m'insurge contre cela moi qui suit une grand mère. J'ai élevé mes deux enfants en passant des soirées à leur raconter des histoires à faire en sorte qu'ils
enregistrent des choses et choisissent aussi. Leur posant des questions : que dit la poule ? Et toi tu dirais quoi ? Aujourd'hui ils sont des adultes mariés et matures : je pense leur avoir
transmis des valeurs morales car ils ont tous les deux bac + 6. Et que l'on ne me dise pas que je fais partie des nantis, car pour arriver à ce stade, j'ai renoncé à faire carrière. J'ai accepté de
travailler à mi-temps et pour les autres passer pour une nantis. Mais derrière personne n'a vu les sacrifices que nous avons du faire : nous sommes deux fonctionnaire de la santé publique à petit
échelon : administratifs... Mais je voulais un avenir meilleur que le notre pour nos enfants. Et je ne regrette rien. Ils sont certes dans des postes à responsabilité mais n'ont rien oublié de leur
humanité. Au contraire, ils n'oublient pas leur origine et me sont reconnaissants : j'ai en cela beaucoup de chance. En contrepartie, je les ai laissé s'envoler pour réussir et aucun n'est plus
dans la région. Un couple est dans l'alsace, l'autre dans le valenciennois.. Nos retrouvailles sont toujours source de joie et grace au tel, je vis leur vie et celles de mes petits enfants...
Je pense que c'est ma plus belle réussite. J'ai repris le travail à 80% celui qu'on me proposait à l'époque. Les directions avaient changées. Plus de directeurs d'hopitaux humanistes mais des
dirigeants de grandes PME reconvertis qui ne connaissent rien de l'hôpital et ne voient plus que les patients comme des clients. Leur seule politique rentabilité et non "soins de qualité". Il y a
eu plusieurs suicide dans notre ETS... D'autres ont été caché par la presse et validés par les syndicats au profit de nominations plus ou moins obscure de candidats qui aujourd'hui sont devenus des
glandeurs de premier ordre.
On nous demande rentabilité comme les caissières d'auchan, et non contact humain, respect du patient, respect de la charte - bourrage de crâne du soir au matin avec des contrôleurs de gestion à nos
basques pour savoir pourquoi nous n'avons toujours pas épurer tout le travail. Tous des agents à temps partiels qui n'en pouvaient plus la cadence et qui ont fini par prendre des retraites
anticipées... A partir de 50 ans, vous n'étes plus très appréciée sur le marché de la rentabilité, alors harcellement qui conduit à la dépression et plus grave encore tentatives de Suicide qui a
bien failli réussir. Puis perte de confiance en soi, dégoût de la vie, on fonce droit dans le mur : en conclusion plus d'un an d'arrêt de travail. Aujourd'hui on est en phase de me redonner
l'autorisation de reprendre le travail mais à mi-temps pendant trois mois puis reprise à 100%... Je suis morte de peur... Je regrette cet arrêt décidé par des spécialistes psychiatres, psychologue,
médecine du travail, experts etc... Je sais que le cercle infernal va reprendre avant même que je finisse les trois mois... Mais je n'ai pas le choix sinon on me met en invalidité...
Voilà la société telle qu'elle apparait dans sa réalité.
Pardon d'avoir été si longue mais je partage ce qui est dit dans votre article et je suis aussi une de leur victime...
Amicalement
régine

plumecitoyenne 08/03/2012 00:40



Bon Régine, Est-ce que je peux publier ce commentaire dans mon blog en mode article? C'est très beau. Merci beaucoup. Je transmets votre commentaire à l'auteur, Jordan. 


Résistance Régine, nous ne sommes pas seuls.


Ensemble


Stéphanie